«

»

Retrouver son âme d’enfant

fleur fushiaCourir sous la pluie la bouche ouverte pour attraper les gouttes, sauter dans les flaques les 2 pieds joints, rire spontanément quand l’envie nous en prend, faire de même avec les pleurs qui se présentent quelle qu’en soit la raison…

Tout ceci est le quotidien d’un enfant. Il s’exprime par tous les moyens : son corps bouge, se trémousse, se dandine ou sautille quand il entend de la musique, se contracte et se rebelle quand quelque chose ne va pas, se détend sous la main apaisante qui le masse et l’embrasse ; tout son visage reflète fidèlement et ouvertement les émotions qui passent en lui (et justement ne font que passer puisqu’il ne les retient pas), s’illumine quand il observe un papillon, une fourmi ou un rayon de soleil qui perce à travers les branches d’un arbre ou quand il sent un doux souffle passer sur lui, se friponne quand il ne se sent pas compris…

Il tend le bras quand il veut attraper quelque chose et rejette quand cela ne l’intéresse plus, et peut observer ce qui se passe devant lui pendant des minutes qui semblent des heures tant sa concentration est intense dans le but d’appréhender ce monde étrange qui l’entoure, de percevoir et de comprendre – par lui-même, en lui-même, l’univers entiers.

Où est passée notre âme d’enfant ?

Qui donc s’autorise, une fois « adulte », à danser en plein magasin dans les bras de son amoureux quand passe une musique qui peut pourtant faire oublier tout ce qui n’est pas ce doux regard qui nous transmet son amour ainsi que le contact des bras autour de soi ?

Qui donc ose exprimer ouvertement ce qui passe en lui, une émotion, un ressenti, une peine, une joie, une observation, sans peur du jugement, du regard de l’autre, sans se juger soi-même au point de se censurer avant même que quoi que ce soit ne transparaisse sur le visage ou dans les paroles ?

Qui donc se permet de laisser une place à sa frustration, sa colère, sa déception, son chagrin, sa douleur, tout autant qu’à sa joie, son amour, son enthousiasme…?

Chaque émotion que nous retenons reste inscrite quelque part dans notre corps et cherchera à sortir d’une façon ou d’une autre. Elle risque ainsi de s’amplifier, ou de sortir sous une forme déguisée qui ne nous permettra plus d’identifier la source de ce qui se passe en nous… Les émotions bloquées s’accumulent parfois, au point de donner naissance à différentes maladies qui expriment dans notre chair, en maux, ce que nous n’avons pas su reconnaître sur le moment.

Chaque ressenti que nous gardons pour nous, qu’il nous concerne ou qu’il concerne d’autres personnes, est une perte d’information précieuse qui aurait pu éclairer un évènement, aider à solutionner un problème, ou soulager une douleur. Si je vois une personne et qu’à l’intérieur de moi l’impression qui me vient est qu’elle est triste, stressée ou qu’elle a un problème quelconque, si je m’autorise à le lui formuler – comme mon ressenti et pas comme une vérité absolue, ce qui est très différent -, à « l’interroger » pour confirmer ou infirmer mon ressenti, non seulement elle aura une possibilité de parler et d’être écoutée et peut-être que cela la soulagera, mais également je ne resterai pas avec une image intérieure (consciente ou non) potentiellement faussée sur cette personne. Il est même possible que le fait d’en discuter permette de débloquer une situation !

Qu’attendons-nous pour réapprendre à nous écouter, à communiquer, à rayonner nos sourires au lieu de les réprimer « par convenance », à pleurer pour libérer la pression quand le corps en donne l’impulsion, à trouver un endroit où crier ce que nous avons sur le coeur (une pièce isolée, une forêt, face à la mer, ou pourquoi pas même en pleine rue si la « décharge » est urgente), à suivre les mouvements qui naissent dans notre corps…?

Belle journée à chacun-e de vous, je vous souhaite d’exprimer chaque fois que possible ce qui se passe en vous par des mots, des gestes, des actions (…) et ainsi de transcender à chaque instant ce qui doit l’être. Ainsi sera libérée l’énergie qui aura plaisir à recirculer librement en chacun de nous !

 

Une belle vidéo qui explique bien tout cela avec d’autres mots :

« Naissance d’une humanité consciente » par Christian Tal Schaller

2 comments

  1. desrochers

    quel beau message d,une simplisité ses pas dure a comprendre tres claire merci

  2. tsf

    Whoow !!

    Quel message ! Oui, il y a en chacun de nous un petit garçon qui veut continuer à s’émerveiller, à s’enthousiasmer, à jouer, à imaginer… Qui n’est pas nostalgique en repensant aux déguisements du carnaval, aux cabanes, aux cerf-volants. Nous devrions tous essayer de voir le monde avec des yeux d’enfant, même s’il faut continuer à gérer sa vie d’adulte.
    Voici un blog qui parle de l’importance de rester enfant ;) je partage : chacun de nous à le pouvoir de réveiller son âme d’enfant, et de vivre avec plus de gaité et de créativité sa vie ;)

Les commentaires sont désactivés.