«

»

Nos choix d’aujourd’hui dessinent le monde de demain

pas_argileNombreux sont ceux qui s’indignent, s’offusquent et se désespèrent devant ce qu’ils découvrent de notre monde civilisé actuel. De scandales de l’industrie médicale en horreurs de celle agro-alimentaire, des conditions de « travail  » (ou plutôt esclavagisme, le terme serait plus approprié) à l’autre bout du monde ou au coin de la rue pour nous approvisionner en produits que nous considérons indispensables puisque faisant partie de l’évolution de notre « civilisation  », nous ne pouvons que constater l’écart entre ce que nous souhaitons comme modèle de société et ce qu’elle est réellement. Sommes-nous réellement impuissants face à cela  ? Je ne le pense pas.

Si j’achète du chocolat sans en connaître la provenance, il existe une possibilité pour qu’un enfant ait été exploité lors de la récolte du cacao qui finit dans ce beau produit qu’on me vend à grand renforts de publicités.

Si j’utilise des produits nocifs pour moi autant que pour l’environnement pour « entretenir  » ma maison, je cautionne non seulement la destruction de la vie en mon intérieur mais également la destruction de la planète – quelle qu’en soit l’échelle – par les multi-nationales qui ont créé ces produits.

Si je renouvelle ma garde-robe pour le plaisir illusoire de me sentir belle aux yeux des autres selon une mode définie par l’extérieur, j’accepte que ce regard soit plus important que celui que je porte moi-même sur ma personne, et je laisse la société et les autres me modeler au gré des « tendances  ».

Si pour ce renouvellement je ne me soucie pas de la source des tissus utilisés ni des conditions de fabrication de mes vêtements, j’accepte implicitement que d’autres soient exploités quelque part sur notre planète, éventuellement intoxiqués, et tout ce qui peut en découler.

Si je soutiens un évènement de quelque nature que ce soit – sportif, culturel, politique… – qui bafoue les droits de certains, instaure localement des lois spécifiques le temps de l’évènement qui ne profitent qu’à quelques uns au détriment de la vie et de la joie de tous, je valide et approuve aux yeux de tous – et aux miens en premier lieu – ces lois et leurs conséquences.

Si je laisse – consciemment – un homme m’ignorer, m’insulter, me battre, me réduire à moins que je ne suis, que je le laisse entrer en moi et que je crée avec lui un enfant, quel message cet enfant portera-t-il en lui  ? Qu’il devra encore résoudre nos anciens schémas avant de pouvoir s’occuper à ce qu’il devrait, vivre dans la joie de recréer le paradis sur Terre. Ne reportons plus nos problèmes sur les générations suivantes, faisons le ménage dans nos vies maintenant  !

Si je suis conscient de tout cela et que je ne change pas mes comportements, quel est le message que j’envoie à moi-même, aux autres, à mes enfants, à l’Univers, pour créer le monde de demain  ? Si ce monde ne me convient pas, il ne tient qu’à moi de le faire évoluer. De retrouver mon intégrité, l’harmonie entre mes croyances, mes pensées, mes rêves et mes actes. Entre mon espoir et mon quotidien. Entre « moi  » et « le reste du monde  »…

Nous sommes tous liés et inter-dépendants, personne ne peut se prétendre heureux sur cette Terre si d’autres vivent l’enfer et que nous ne nous en soucions pas. Chacun aura sa façon d’agir, mais chaque action a son importance. Ne croyez pas que vous êtes impuissants, bien au contraire  ! Tout est dans vos mains, aujourd’hui, pour demain.

Et au-delà de tout ceci, n’oublions pas d’être reconnaissants pour tout ce qui nous est donné… Pour le brin d’herbe qui pousse dans notre jardin comme au milieu du béton, pour le soleil qui nous réchauffe chaque jour, pour les aides qui sont là sur notre chemin, pour cette fleur qui s’épanouie devant nos yeux et nous révèle toute sa beauté sans aucune retenue, pour ce corps si complexe et si parfait qu’il continue de fonctionner malgré tout ce que nous lui infligeons parfois… La vie est merveilleuse et à force de râler nous ne le voyons même plus.

La reconnaissance développe en nous la joie et l’amour, qui sont autant de cadeaux que nous pouvons offrir autour de nous. Cela ne coûte rien et cela éclaire les regards autant que cela réjouit les cœurs  !

Alors aujourd’hui, que décidez-vous  ?

 

[Article publié simultanément sur le blog « Et si…? » sur Terra Eco]

1 comment

  1. DomiLuce

    Lu et approuvé à 500 %

    Pénélope, tu peux même rajouter l’histoire de l’étoile de mer à la suite de ce message. Tu sais, celle qui répond à ceux qui disent que l’action d’un seul individu ne peut pas changer le monde…

    Pour les lecteurs qui vont suivre :
    Au bord de la plage, à marée basse, une dame rejette systématiquement à l’eau les étoiles de mer échouées au soleil sur le sable… Quelqu’un la croise et lui demande ce qu’elle fait. « Je rejette les étoiles de mer à l’eau, pour leur éviter de mourir désséchées »… L’autre répond : « Il y en a des milliers… a quoi ça sert ? Ca ne fera aucune différence ». Et la dame continue tranquillement son petit travail. Elle montre à son interlocuteur la prochaine qu’elle va rejeter à l’eau : « Pour celle-ci, oui, ça fera toute la différence »…

    Merci pour ces textes très inspirants, Pénélope !

Les commentaires sont désactivés.