«

»

Être un modèle…

IMG_1640Depuis que je suis devenue mère, un changement considérable s’est produit en moi : c’est toute la notion de modèle qui s’est affirmée, transformée, affinée. En effet avant je pouvais parler et écrire sans forcément me sentir toujours en accord dans mes actes quotidiens. Qui n’a pas craqué sur le chemin de l’évolution, même avec la meilleure volonté du monde ?

Et pourtant. Voici 3 mois que ma fille me guide sur ce nouveau chemin. 3 mois que mes choix sont influencés par une petite voix intérieure, encore plus présente quand j’ai ses grands yeux qui me regardent profondément.

D’une certaine manière, nous sommes encore « une ». Une entité constituée de 2 âmes (je le sais car la sienne s’exprime depuis un moment déjà), son corps physique s’étant constitué à partir du mien, est encore en quelque sorte une partie de moi, ce qui est prolongé par l’allaitement, quand à ses corps subtils certains sont si liés aux miens que son papa doit parfois m’envoyer dormir pour que notre fille trouve le sommeil…

Côté alimentation, autant elle a pu être relativement aléatoire pendant la grossesse, autant depuis l’accouchement je n’ai rien pu manger d’autre que du cru non – ou très peu – transformé. Pas par ma volonté propre, mais parce qu’une force « supérieure », quelque chose de plus grand que moi, m’en a empêché. Et à présent je bénis et remercie cette force, cette guidance.

Je réalise peu à peu que je suis le modèle principal de ce petit être en construction. Non seulement elle a hérité de nos « terrains », mais elle se construit chaque jour en fonction de nous, de moi.

Ce que je mange physiquement, elle le mange. Ce que je pense, elle le ressent. Ce que je vis, elle le vit aussi. Avec son propre niveau de conscience et de compréhension, ce qui nécessite parfois quelques explications (orales ou intérieures selon les cas).

« Un enfant est comme une page blanche » disent certains… Je suis à la fois pleinement d’accord et également en désaccord selon le point de vue que j’adopte. Je vais ici développer l’accord : un enfant apprend par mimétisme au niveau physique aussi bien qu’énergétique. Notre lien particulier parent-enfant, et encore plus mère-fille, quoi que je puisse en penser, fait de moi un point de référence pour elle.

Elle ne me juge jamais. Elle ne me compare pas. Elle ne se demande pas si ce que je fais est bien ou non. Elle m’aime, et en même temps elle essaye de comprendre ce monde dans lequel elle est arrivée, et mes comportements qui parfois l’interrogent. Mais quelles que soient ses interrogations intérieures elle est actuellement dépendante de moi et de mes choix.

Et moi je suis énergétiquement dépendante de son père, mon mari. C’est un accord que nous avons passé à un autre niveau de conscience sans le savoir d’abord, puis que nous avons accepté et que nous tentons tant bien que mal d’explorer et d’expérimenter à présent. Je consacre toute mon énergie à notre fille, et il nous « protège », nous entoure, nous renforce et nous permet de vivre.

Oui, de vivre. Car aujourd’hui le mode survie est plutôt à la mode, vivre c’est au mieux du luxe, au pire démodé… Mais c’est notre choix de chaque instant. Réexplorer la vie. La réinventer. La redécouvrir, la retrouver… Et la soigner.

Car la vie aujourd’hui a plus que tout besoin de soin, d’attention, d’amour.

La vie est un miracle, et nous en avons si peu conscience, perdus que nous sommes dans nos illusoires préoccupations quotidiennes…

Je vous souhaite à tous de vivre.

 

1 comment

  1. DomiLuce

    Merci, Pénélope, pour ce très beau texte qui touche.
    Ici aussi, j’ai la chance de « vivre » au jour le jour, dans une maison au milieu des arbres, en Suède, sur un île, du moins jusqu’en septembre… ici, je vis, ou plutôt je « revis », au plus près de ce que je suis, avec les plantes, les arbres, les animaux sauvages qui n’ont pas peur de se montrer : cygnes, canards, chevreuils, écureuils, oiseaux… Je voulais partager ce bonheur avec toi, avec Vous.

Les commentaires sont désactivés.